Le seul lien avec le poisson

Voilà un point qui peut faire couler beaucoup d'encre et sur lequel on pourrait écrire pendant des pages et des pages; alors, essayons de rendre ça clair et facile. Les montages que vous pourrez faire pour vos parties de pêche devront toujours au moins faire appel à des règles simples:

  • un diamètre de fil adapté,
  • un flotteur adapté aux conditions de pêche et rarement au poisson (dans une limite logique),
  • une plombée cohérente (pas trop de plombs mais assez pour une souplesse de ligne naturelle),
  • un bas de ligne d'une longueur adaptée aux poissons recherchés et aux conditions de pêche,
  • un hameçon adapté à l'esche et/ou au poisson (ce qui va souvent de pair),
  • et des nœuds...

La ligne de pêche est composée de fil (du nylon, bien souvent), d'un flotteur, de plombs, d'un hameçon et de noeuds. Cette ligne est sensée allier discrétion, légèreté et souplesse pour présenter au poisson une esche naturellement et assurer la résistance nécessaire pour le ramener, ce poisson.

La plupart des lignes comportent:

  • un corps de ligne d'un certain diamètre exprimé en centièmes de millimètre, il compose la plus grande partie de la ligne.
  • un flotteur, coulissant le long du corps de ligne,
  • une série de plombs (ronds, allongés, allongés à bouts arrondis, ou encore carrés),
  • un bas de ligne, terminant la ligne. Ce bas de ligne est toujours d'un diamètre inférieur à celui du corps de ligne (entre 2 et 4 centièmes maximum). Il est relié au corps de ligne soit par un raccord boucle dans boucle, soit par un (micro-)émerillon. Ce qui permet de créer un point de casse qui assurera presque toujours que si le poisson tire trop fort ou est trop gros, la ligne cassera au noeud ou à l'émerillon.
  • L'hameçon, essentiel, termine le bas de ligne

Remarques:

  1. Certains pêcheurs montent leur ligne en direct, à savoir sans bas de ligne; Ce système permet de profiter pleinement de l'élasticité total du nylon et présente une ligne plus discrète étant donné qu'il n'y a pas de noeuds de raccord. Néanmoins, ces lignes présentent quelques désavantages:
    • Si casse il y a, on ne peut pas savoir où elle se produira, au risque de perdre le flotteur,
    • Si le poisson est chipoteur et que l'on veut passer à un fil plus fin (pour plus de discrétion), il faut changer la ligne complète et pas uniquement le bas de ligne,
    • Il faut monter le bas de ligne en même temps que la ligne.
  2. Lorsque l'on pêche à l'anglaise, le corps de ligne est souvent le fil du moulinet et nécessite de monter ses lignes au bord de l'eau, dans ce cas. Il sera donc nécessaire de jongler entre des bobines de moulinet garnies de nylons "spécial anglaise" de diamètres différents.

Classiquement au coup.

Quelle que soit le flotteur utilisé, on va toujours essayer de rester cohérent: pas plus de deux diamètres de différence entre le corps de ligne et le bas de ligne  et au moins 5 ou 6 plombs au total afin de pouvoir étaler la plombée et garder une souplesse naturelle.

Évidemment, les exceptions confirment la règle, il est compliqué de plomber un flotteur de grande portance (2,5 grammes et +) avec des plombs, on utilisera alors une olive(tte) pour assurer la grande majorité de la plombée.

Il reste un plomb qu'on ne peut surtout pas oublier et que l'on place à une vingtaine de centimètres de l'hameçon et qui s'appelle le plomb de touche. Ce plomb est important car il va rendre la touche précise, rapide et terriblement visible.



Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 2.0 Belgique

Page précédente : Comment positionner les plombs Page suivante : Les nœuds de pêche